Cotations

Trois types de soins qui représentent la totalité des soins directs au patient.

- Soins de bases.
- Soins Techniques.
- Soins relationnels & éducatifs.

Et quatre possibilités de coefficient pour chaque partie 1,4,10,20
La cotation revient à choisir un coefficient (1,4,10,20) de soins de base, un coefficient (1,4,10,20) en soins techniques et un coefficient (1,4,10,20) en soins relationnel et éducatif.
Pour choisir vous avez une description de ce que l'on devrai trouver dans le dossier de soins pour attribuer ce coefficient (voir grilles de cotations).

Exemple :

Soins de base => Coefficient 4 =>Dépendance modérée
Intervention dans au moins 2 groupes (Alimentation ou Elimination ou Locomotion ou Hygiène et confort) Intervention ponctuelle
Administration d'alimentation (4 repas)
Faire boire 6 fois/jour
Eau gélifiée"
Aide au repas (installation + aide partielle)
Porteur d'étui pénien(pose et surveillance)
Installation sur le bassin (ou mise à disposition de l'urinal)
Change stomie

L'apprentissage de la classification est progressive, il y a les dossiers faciles pour lesquels il n'y pas de doutes possibles et il y a les dossiers pour lequel le choix est plus difficile. L'apprentissage consiste à réduire l'incertitude sur le classement et l'important et que pour tout soignant le raisonnement doit aboutir au même choix.

Fréquence et période de cotation

a) Si avez une cotation quotidienne, l'exploration du dossier de soins se fait sur les dernier 24 heures.

b) Si avez une cotation tout les 7 jours et/ou le jour de la sortir vous regardez les 7 jour écoulés et/ou les journées restantes jusqu'au jour de la sortie. (Pour un séjour de 10 jours une cotation sur les 7 premiers jours puis une cotation sur 3 jours restants avant la sortie).

c) En long séjour faites des coupes vous pouvez soit prendre les 24 heures, soit prendre les 7 dernier jours. Cela ne change pas grand chose puisque les patients sont chroniques. Vous pouvez aussi valoriser les épisodes aïgus (variation importante et rapide de l'état de santé du patient) selon les modalités des point a) ou b), sachant que l'épisode aïgu ne peut durée que 21 jours maximum. Ensuite si l'épisode n'est pas terminé, on considère que cela rentre dans la chronicité.

d) Cotation à jour fixe en SSR (le lundi par exemple) on explore toutes les données des 7 derniers jours.

Faire une exploration des donnée du dossier sur plusieurs jours (maximum 7). Le principe est de rechercher la cotation la plus représentative de la période, on procède en cotant chaque journée ( 24 heures), puis en prenant le coefficient le plus fréquent, en cas d'égalité on prend le coefficient le plus élevé.

exemples:

Sur 7 jours : 1,4,4,4,4,10,10, => 4
Sur 3 jours : 4,10,10, => 10
sur 4 jours : 4,4,10,10 => 10 (En cas d'égalité on prend le coefficient le plus grand.)

Cas particulier en cas de triple égalité sur 3 jours ou 6 jours on prend la valeur médiane.

Sur 3 jours : 4,10,20, => 10
Sur 6 jours : 4,10,4,20,10,20 => 10


Remarques :

La cotation sur une période tend à disparaître au profit des cotations quotidiennes point a) en court séjour. Vous avez souvent seulement un ou deux jours avec un coefficient élévé pour un nombre plus important de jours plus faible (effet de lissage observé en chirurgie à cause du pic autour du jour opératoire).

Patients entrants/Patients sortants/Ambulatoire. La cotation SIIPS correspond à 24 heures d'activités, mais dans un certain nombre de cas on réalise la cotation sur moins de 24 heures, il faut donc explorer le contenu du dossier seulement sur les heures de présences du patient sans extrapoler sur 24 heures. (Un patient très dépendant pourra avoir une cotation faible car il n'a fait que transiter dans l'unité sans au final avoir eu beaucoup d'actions de soins de bases).

Grilles de lectures Beaucoup de services reprécise les grilles SIIPS à partir du contenu actuel des dossiers de soins. Les différents items sont précisés, cela facilite la lecture, l'utilisation de la méthode.



Quelques conseils pour bien utiliser les grilles :

1) Toujours avoir à l'esprit que l'on cherche à classer, pas à compter.

2) Les descriptifs sont progressifs du plus simple au plus complexe, du moins au plus fréquent, du moins au plus prégnant, et qu'au-delà de la description stricte du coefficient il donne un repère utilisable quand on à pas toute l'information.

3) Un coefficient doit toujours pouvoir être argumenté pas un contenu du dossier de soins.

4) Ne cotez pas seul surtout au début, le consensus de l'équipe fourni un meilleur résultat.

5) La prise en charge individuelle et globale du patient sont à la base de la méthode, il faut éviter les cotations systématiques (alité permanent=20).

6) On peut avoir à transgresser la grille de cotations, car les descriptifs aussi précis soient-il ne peuvent couvrir l'ensemble des cas rencontrés. On attribue le coéfficient par assimilation d'une situation (il faut évidemment trouver les informations dans le dossier).

7) Eviter de se poser des questions genre soins requis soins faits ? Patient demandant beaucoup de temps de soins ou non ? Se réduire à l'analyse des informations.

8) Usez de votre rôle propre en particulier en relationnel et éducatif et de votre rôle prescriptif.


Faire des contôles de la qualité

Il est important de contrôler la démarche pour crédibiliser les résultats. Pour cela, on selectionne un échantillon de dossiers de soins (généralement 10) que l'on fait coter par plusieurs soignants. On compte par groupe de soins (base, Technique, relationnel & éducatifs) les cotations identiques, les écart de un niveau, les écart de deux niveaux. le groupe fourni ensuite les raisons des écarts et propose des pistes d'améliorations. Enfin un compte rendu est rédigé et signé par l'ensemble des participants. Ce document atteste lors des procédures d'accréditation du contrôle qualité.



Amélioration de la cotation SIIPS par capitalisation de l'expérience (recherche de la cotation univoque des soignants)